France Gall "Musique" (1977) HQ Audio
Prev 1 of 2 Next
Prev 1 of 2 Next

France Gall, nom de scène d’Isabelle Gall, née le 9 octobre 1947 dans le 12e arrondissement de Paris et morte le 7 janvier 2018 à Neuilly-sur-Seine.

Elle commence, enfant, à chanter et faire de la musique avec ses frères avant d’enregistrer son premier disque. Elle est le symbole d’une jeunesse gentiment irrévérencieuse avec des tubes tels que Sacré Charlemagne, repris par les chorales et les écoles. Sa popularité dépasse les frontières à partir de 1965, date à laquelle elle remporte le premier prix au Concours Eurovision de la chanson avec le titre Poupée de cire, poupée de son, composée par Serge Gainsbourg. Cette chanson est traduite dans de nombreuses langues et France Gall devient célèbre en Europe, en particulier en Italie, et surtout en Allemagne, où elle est très populaire au début des années 1970.

Par la suite, sa popularité s’estompe en France jusqu’à sa rencontre avec l’auteur-compositeur Michel Berger, qu’elle épouse en 1976. Elle retrouve un important succès populaire à ses côtés, avec une série de tubes de 1974 jusqu’au début des années 1990 : elle interprète ainsi des chansons composées par celui-ci, comme La Déclaration d’amour, Si, maman si, Il jouait du piano debout, Résiste, Débranche, Diego libre dans sa tête, Babacar, Ella, elle l’a ou Évidemment.

Outre ses chansons, ce couple d’artistes lance l’opéra-rock Starmania et s’engage au Mali contre la famine et la sécheresse, notamment avec l’ONG Action Écoles. France Gall et Michel Berger viennent de co-écrire un nouvel album lorsque ce dernier meurt brutalement, en 1992. Après le décès de leur fille Pauline le 15 décembre 1997, elle quitte la scène. En hommage à Michel Berger, elle crée et veille aux représentations de la comédie musicale Résiste en 2015.

En 1964, à l’âge de 17 ans, France Gall vit une histoire d’amour avec Claude François, qui est marié. Leur séparation définitive, en juillet 1967, inspire au chanteur les paroles de Comme d’habitude qui connaîtra un succès international, notamment dans sa version anglophone My Way. S’étant séparés en de mauvais termes, ils ne se revoient qu’en 1973 et chantent en duo dans une émission de télévision en septembre 1974. Elle vit avec le chanteur Julien Clerc de 1970 à 1974.

Au printemps 1973, France Gall au volant de sa petite Austin, roule dans les rues de Paris. Son poste de radio allumé, elle entend, subjuguée, la chanson Attends-moi interprétée par Michel Berger. À l’occasion d’une émission de radio, elle lui demande s’il peut lui donner son avis à propos des chansons que son producteur voudrait lui faire enregistrer. Bien que Michel Berger soit déconcerté par la pauvreté des chansons proposées à France Gall, il n’est pas question pour lui d’une collaboration entre eux. Ce n’est que six mois plus tard, en 1974, qu’il accepte d’écrire pour elle, après qu’elle a fait une voix sur le titre Mon fils rira du rock’n’roll du nouvel album de Berger (Chansons pour une fan), et après que l’éditeur de Gall le lui a proposé. La chanteuse a déjà décidé : « Ce sera lui ou ce sera personne ».

C’est ainsi que naît en 1974 La Déclaration d’amour, premier succès d’une longue liste, et que la carrière de la chanteuse prend un nouvel essor :

« Premier disque, première chanson. J’attendais tellement de cette première fois que quand il m’a joué la chanson au piano, j’ai été… comment dire… un peu déçue. Je rêvais d’une chanson rythmique, et me voilà avec une sensuelle déclaration. Le jour du studio, j’étais un peu tendue. Après une ou deux prises, Michel était content. Dans la foulée, il me demande d’écrire un texte parlé sur l’ad lib de la fin comme si j’avais fait ça toute ma vie, écrire ! Il s’est rendu compte qu’il manquait un solo de guitare à deux heures du matin. Effondré, il ouvre la porte du studio et croise un guitariste qui travaillait à côté et qui rentrait chez lui. En un quart d’heure, la guitare de Jean-Pierre Castelain s’imprimait sur la bande seize-pistes où le piano de Michel, omniprésent, donne à lui seul le balancement bien particulier de cette chanson. Premier cadeau. Le public a été là tout de suite. »

Elle ajoutera à propos de cette rencontre décisive : « Ça a transformé mon existence, ma vie. Ça m’a apaisée ».

Le 6 janvier 1976, après douze ans de carrière, paraît son premier album studio enregistré comme tel (les neuf précédents étant plutôt des compilations des titres parus en 45 tours), France Gall, enregistré en 1975. L’interprète s’entretient à ce sujet avec le journaliste Richard Cannavo : « C’est mon premier album ! C’est un truc énorme pour moi ». Richard Cannavo ajoute : « Ce premier album, c’est une manière d’effacer définitivement la France Gall des sixties : on est passé à autre chose.